Envie d’être… Ecopasseur

14 septembre 2018 Envie d'être ...

Découvre l’interview de Bénédicte Pirard, 37 ans et écopasseuse

En quoi consiste votre profession ?

Le travail d’écopasseur reprend à la fois des fonctions relatives à la salubrité des logements et aux économies d’énergie en passant par le contrôle des PEB des bâtiments ainsi que l’établissement d’un cadastre énergétique des bâtiments. I l est aussi chargé des projets relatifs aux économies d’énergie ou à la sensibilisation des énergies. Je suis amenée à traiter différentes matières en rapport au logement (lois, décrets, arrêtés, règlement) et à l’énergie (plan climat, réflexion climat) , à avoir des contacts avec les citoyens qu’ ils soient propriétaires ou locataires, à gérer des projets tant en matière de logements qu’en économie d’énergie. Je suis habilitée à visiter les logements et à établir des constats de salubrité. Suivant l’état de l’ immeuble et les conclusions de visite, un immeuble est déclaré habitable, habitable améliorable ou inhabitable améliorable ou inhabitable non améliorable. Le propriétaire est épaulé jusqu’à la remise en conformité de son bien. Si les délais accordés et les engagements pris ne sont pas respectés, l’ immeuble risque au final d’être frappé d’un arrêté d’ inhabitabilité.

Comment êtes-vous devenue écopasseuse ?

J’ai étudié le droit en graduat et l’expertise immobilière en plus. Mon parcours professionnel est composé de différents jobs ayant trait à ces matières mais mon expérience significative est dans le domaine privé de la construction. Je me suis tournée ensuite vers le domaine public et ai répondu à une offre d’emploi à la Ville de Huy. Le poste d’écopasseur demande d’avoir des connaissances techniques sans oublier l’aspect relationnel et social.

Quels sont les aspects positifs et négatifs de votre métier ?

Comme dans tous les métiers existants, il y a des choses positives et des choses moins positives. Lorsque je visite des immeubles et que je rencontre des
situations problématiques tant sociales qu’administratives, je pourrais dire que ce sont des aspects négatifs du métier. Cependant, la façon d’aborder les dossiers dits « problématiques » est propre à chacun, et donc c’est au libre arbitre d’en décider. Pour ma part, je dirais « à tout problème, des solutions. . .  » C’est donc un réel plaisir de faire aboutir positivement des dossiers initialement compliqués.

Quel est votre journée type ?

Il n’y pas de journée type, elles sont variables en fonction de la charge de travail. Les matinées sont réservées à l’accueil du citoyen (permanence) . Quelques fois, je démarre l’après-midi en visite et j’en ai pour une heure ou pour une après-midi. Quelques fois, je fais de l’administratif toute la journée.

Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à un jeune qui veut devenir écopasseur ?

La première étape est de décrocher ton diplôme, un CESS est suffisant pour entrer dans une administration.
Si tu vises des promotions, comme par exemple un poste d’écopasseur, il te faut un graduat. Les filiales recommandées sont : science administrative, droit,
communication, . . . Et surtout que les défis soient aussi nombreux que beaux à relever.

… Plus encore

Rends-toi sur notre site Infor Jeunes

Tu peux également avoir plus d’informations sur le site: www.ecopasseur.org

Sur le même sujet

Envie d’être… Directeur d’école primaire
Envie d'être ...

Envie d’être… Directeur d’école primaire

5 juillet 2018

Découvre l’interview de Julien, 29 ans et directeur d’une école primaire.

Envie d’être … technologue en imagerie médicale
Envie d'être ...

Envie d’être … technologue en imagerie médicale

9 mai 2018

Découvre l’interview de Valentin, technologue dans un service d’imagerie médicale....